Les cépages >
omniprésence de merlot, bonne proportion de cabernet-sauvignon, faible quantité de cabernet-franc, petit pourcentage de petit-verdot et de malbec


Quelques chiffres clés
Superficie : 5473 hectares
(35 % du vignoble médocain)
Production moyenne :
38 millions de bouteilles
Viticulteurs : 584
(345 coopérateurs et
 239 indépendants)


MEDOC
L’appellation la plus grande du Médoc s’étend paradoxalement sur la zone la plus étroite de la péninsule. Une terre dans laquelle s’est enracinée la vigne, aussi profondément que les valeurs et les coutumes de ses habitants.

De ses nombreuses vies…
Le terme Médoc fait s’opposer 2 vérités. Quand on parle de Médoc, on entend naturellement l’ensemble de la presqu’île triangulaire. Cependant, Médoc est aussi utilisé pour désigner l’AOC du même nom. L’erreur est donc facile de mettre dans la même barrique les “vins du Médoc” et les vins de l’AOC Médoc. L’essentiel est alors de bien comprendre que si les vins de l’AOC Médoc sont toujours des crus du Médoc, l’inverse ne peut pas être vrai.

Au nord de la péninsule médocaine, s’étend le vaste territoire de l’AOC Médoc. Terre parsemée de vignobles gallo-romains, témoignages d’un riche passé économique, Médoc connaît, dans les années 60, un second souffle venu d’Afrique du Nord. A cette époque, quelques rapatriés s’installent sur certaines terres viticoles laissées en jachère à la suite d’importantes crises financières. Armés d’une solide volonté, ils insufflent aux médocains un grand regain d’enthousiasme et font revivre une partie de la région viticole à l’aide de nouvelles méthodes culturales et de secrets de vinification.

Une des particularités de la physionomie de l’AOC Médoc, est l’existence, sur l’ensemble du territoire, de petites exploitations vigneronnes. Une tendance à la petite propriété qui a conduit au développement d’une puissante coopération viticole. Cette coopération, divisée en 5 caves coopératives, a permis de maintenir et de soutenir l’activité viticole, notamment pendant les années de crise. Sur ces 5 caves, 4 sont aujourd’hui regroupées dans l’Union Uni Médoc et permettent d’assurer le vieillissement, la mise en bouteilles et la commercialisation de nombreux vins.

…Et de ses multiples terres…
On parlera plus facilement des terroirs de l’AOC Médoc plutôt que du terroir, tellement la variété des sols est importante en ces terres. Dans cette région viticole, les graves garonnaises se mélangent aux pyrénéennes et les sous-sols fourmillent d’argile, de calcaire, de sédiments marins et de tout ce que le brassage des eaux et les multiples érosions ont bien voulu créer. L’AOC Médoc profite, également, d’une Gironde plus large, atout géographique de taille car responsable de quelques conséquences climatiques bienfaisantes. En effet, plus la masse d’eau est importante, plus son action modératrice sur les excès thermiques va être influente. On constate qu’au printemps, par exemple, l’eau favorise le brassage de l’air et évite les gelées tardives. De plus, le rôle positif des vents d’ouest tend à se renforcer dans un tel contexte. Sur ce territoire, les gelées hivernales sont parfois moins importantes qu’ailleurs.

…l’AOC Médoc en hérita l’amour des goûts infinis.
Plus grande est la diversité de terrains, plus nombreuses sont les chances d’éveiller son palais à une découverte de plaisirs sans fin. Les vins de Médoc, généralement pleins de rondeur et de distinction, savent, selon les envies, se faire plus corsés et arborer une belle robe couleur rubis. En vieillissant, ils dévoilent d’autres nuances et, plus noirs, enchantent par une corpulence équilibrée. Certains les préféreront plus jeunes et apprécieront l’élégance et la subtilité de leur bouquet sans jamais se priver de leur finesse légendaire.

La production
Selon le décret du 14 novembre 1936, les vins de l’AOC Médoc doivent :
> provenir de la presqu’île limitée à l’Est par la Garonne et la Gironde, au sud par la Jalle de Blanquefort, à l’ouest par l’océan Atlantique, à l’exclusion des communes de Carcans et Hourtin, Brach, Salaunes, Lacanau, Le Temple, Le Porge et « des terrains d’alluvions modernes et sables sur sous-sols imperméables »
> satisfaire à des conditions de productions précises : encépagement, minimum de sucre, degré (10° acquis), rendement limité (révisé chaque année).



 
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.